L'actualité de Rennes-le-Château dévoilée

La Gazette de Rennes-le-Château

_________________

Portail de Rennes le Chateau

_________________

Interviews

_______________________

 

Reportages

 

_________________

 

 Petites annonces

 

_______________________

 

Forums 

 

_______________________

 

Services

 

_________________

 

Contacter la rédaction

 

_______________________

Newsletter

Abonnement
Désabonnement


La Gazette de Rennes-le-Château ©

 

Conférence Opoul Périllos 

 

Nouvelles Lumières sur Périllos

 

Ce samedi 20 novembre 2004, la Société Périllos organisait son premier colloque centré sur les sites d'Opoul - Périllos et leurs seigneurs.  Dans la salle des fêtes du village d'Opoul, mise à disposition par monsieur le Maire, Jean-François Carrère, une centaine de personnes avait répondu à l'invitation.

 

Salle des fêtes d'Opoul

Une partie du public présent à la salle des fêtes d'Opoul

 

SOCIETE PERILLOS

André Douzet donna le programme de la journée et présenta la Société Périllos qui a pour but de promouvoir les recherches historiques et archéologiques sur Périllos et ses seigneurs ainsi que d'en étudier la toponymie.  Il remercia le maire d'Opoul pour son accueil, sa disponibilité et son souci de mettre en exergue le patrimoine de son village.  Il lui remit, à cette occasion, un dessin inédit du château d'Opoul trouvé aux Archives de la Bibliothèque Royale d'Angleterre.

Il continua par l'explication du blason des Périllos (3 poires vertes sur fond jaune) et par la présentation de Ramon Perellos y Roccaful, Grand Maître de l'Ordre de Malte de 1697 à 1720, qui est le seul des Grands Maîtres à ne pas être enterré à La Valette, le lieu de sa sépulture étant inconnu! Monsieur Douzet enchaîna avec l'église de Périllos qui fut sans doute modifiée au 17ème siècle car une voûte très ancienne n'a aucune utilité dans l'agencement de l'église actuelle!  De plus, elle est partiellement visible sur le mur extérieur et un chœur ruiné est encore décelable dans son prolongement.  Il est utile de rappeler qu'elle était orientée nord - sud.

Les saints patrons sont Saint Michel Archange et Sainte Barbe, patronne des mineurs.  Une chapelle lui est consacrée en contrebas du village.  Des documents trouvés aux Archives Départementales attestent la présence de mines aux alentours...

 

André Douzet     

André Douzet

 

Parmi les nombreux documents de la Société Périllos, les 2 documents Courtade ont fait couler beaucoup d'encre.  A la veille du rattachement du Roussillon à la couronne de France, des notaires royaux furent chargés de dresser la liste des biens terriers et immobiliers en vue de leur taxation.  Le notaire Courtade nota pour la région de Périllos "que les terres de cet ancien comté contiennent un lopin qui, administrativement, est intouchable, non transmissible, sur lequel il est interdit de couper et de ramasser du bois, des pierres et d’y chasser… même pour les seigneurs de Périllos. Ce lot ne peut pas non plus être vendu. En un mot, il s’agit d’une enclave fermée, sans accès, prise dans les terres des seigneurs de Périllos. Ils en ont la garde forcément mais pas la gestion… Elle ne leur appartient pas et, en aucune manière, ils ne peuvent y intervenir ou s’en servir…"  Les dernières recherches de la Société ont mené ses membres dans l'église de Brenac où ils ont retrouvé la trace de ce notaire!

 

Documents du notaire Courtade

Les 2 manuscrits du notaire Courtade

 

PURGATOIRE SAINT PATRICK 

Filip Coppens tint en haleine l'auditoire par son évocation du "Pèlerinage de Ramon de Périllos au Puits Saint Patrick en Irlande"

Ramon de Périllos, fils de François de Périllos, l'un des hommes les plus riches du royaume, ami des rois de France et d'Aragon, est presque inconnu des médiévistes français alors qu'en Irlande, il a laissé un souvenir vivace.  Il fut soupçonné du meurtre du roi Juan d'Aragon. Pour prouver son innocence, il accomplit un pèlerinage au Purgatoire Saint Patrick avec quelques membres de sa famille.  A cette époque, c'était un voyage long et dangereux dans le nord-ouest de l'Irlande jusqu'à une île du lac "Lough Derg", dite "du bout du monde".

 

André Douzet et Filip Coppens

André Douzet et Filip Coppens

 

Première étrangeté, Filip Coppens nous signale que l'île ancestrale n'est pas celle qui accueille les pèlerins aujourd'hui. Le puits ou purgatoire était une petite chambre souterraine où l'initié risquait la mort s'il ne se montrait pas digne d'y accéder.

Deuxième étrangeté, à son retour, Ramon n'apparaît plus sur la scène politique roussillonnaise mais, par contre, devient conseiller du pape Benoît XIII en Avignon.  Puis il disparaît définitivement sans même que l'on sache où il est enseveli.

Troisième fait troublant, dans ses écrits en ancien occitan, traduits en catalan, Ramon dit que chez lui, "il existe un lieu concret qui permet d'accéder à l'autre monde"!  Filip Coppens s'interroge sur ce lieu du Roussillon et sur la nature de l'autre monde.  Il pose la question d'un lien éventuel entre ce site et le terrain sans propriétaire du document Courtade...

 

Le repas de midi permit de nombreuses rencontres, notamment celle de l'écrivain Roger Michel Erasmy, spécialiste de réputation mondiale de Salvador Dali.  En cette année du centenaire de la naissance du maître catalan, il lui consacre un cinquième livre "L'Apothéose du DOLLAR"

Apothéose du dollar Erasmy Dali

 

 

SYMBOLISME DU TOMBEAU DU CHRIST

 

Stéphane Chalandon

Stéphane Chalandon

 

Stéphane Chalandon présenta une conférence très érudite sur "Le symbolisme du Tombeau du Christ".  Il s'interrogea sur les raisons de l'existence de la maquette et rejeta rapidement la farce ou l'édification religieuse, la thèse de Jésus mort et enterré dans les Corbières lui parut suspecte parce que trop en vogue depuis une décennie.  Par contre, il avança la piste de l'initiation et des inversions!  

Laissons-lui la parole : "On ne peut que s’interroger sur les raisons qui ont poussé l’abbé Saunière à construire une maquette représentant un petit coin du Roussillon et surtout, pourquoi cette indication « Tombeau du Christ » ? La réponse trop évidente qui a tendance à devenir « populaire » (par des livres ou par des films) fait de ce lieu la tombe de « l’homme Jésus » et le point de départ d’une très hypothétique descendance. Les conspirationnistes auront beau jeu de voir là, le point de chute d’une manipulation à l’échelle mondiale. Le « tombeau du Christ » ne pourrait-il pas être un lieu initiatique supérieur, lieu de réalisation des Grands Mystères tout comme la pyramide de Khéops était celui des Petits Mystères ? Si l’affaire de Rennes-le-Château est caractérisée par de nombreuses inversions, si la topographie du petit coin du Roussillon est obtenue par le retournement de la maquette, ne peut-on pas également inverser l’intitulé « Tombeau du christ » on obtiendra « berceau de l’antéchrist » ? Le tombeau et la caverne s’ils sont un lieu de mort sont également un lieu de naissance. Le tombeau peut être alors envisagé comme le point de départ du prochain cycle cosmique. Je termine par un petit scénario apocalyptique inspiré par le rapprochement de différents textes de Jean Robin, Maître Philippe de Lyon et un tableau de Salvador Dali."

 

LES TEMPLIERS

 

George Kiess

George Kiess

 

George Kiess nous rapprocha de Rennes-le-Château en répondant à la question : "Y a-t-il eu des Templiers au Bézu?"  Jusqu'en 1243, le Bézu ne fut pas un lieu templier.  Cependant, grâce à des recherches dans des archives, il souligna la présence templière à la préceptorie de Campagne-sur-Aude qui dépendait de Limoux.

Il s'interrogea sur la dédicace de l'église de Rennes-le-Château à Marie et non à Marie-Madeleine en s'appuyant sur le "Dictionnaire topographique du département de l'Aude" de l'abbé Sabarthès qui cite d'anciennes appellations de Rennes-le-Château : "Villa de Reddis ... territorium Beate Marie de Reddis", 1185 - "Beata Maria de Reddas", 1246 - "Sancta Maria de Reddis", 1255.  Ensuite la référence à Marie n'apparaît plus.  Il nota que le passage de la dédicace à Marie-Madeleine n'est pas encore éclairci à ce jour!

 

Chronodrome

Pascal Guillaume, concepteur du Chronodrome, exposa la genèse de son projet.  En 1999, il eut l'idée d'envoyer un message à nos descendants.  Prenant le pari qu'ils pourraient voyager dans le temps, il leur fixa rendez-vous chaque 1er mai entre 16.00 et 17.00 de 2000 à 2050.  Pour le lieu, il reçut l'autorisation du maire d'Opoul de les attendre à la table d'orientation au pied du château d'Opoul.

Il a déjà été présent de 2000 à 2004.  Le public l'y a d'ailleurs rejoint par centaines atteignant 400 personnes en 2001!

Comment compte-t-il les prévenir?  Il a profité du lancement du satellite KEO en 2006 qui tournera en orbite autour de la terre pendant cinquante mille ans avant de s'y reposer en... 52000 et de livrer à nos descendants une trace archéologique sur support numérique gravé sur des disques en verre.  Si nos connaissances seront ainsi transmises, l'aspect humain ne sera pas négligé car un milliard de messages y seront enregistrés.  Chacun peut encore en envoyer d'ici la fin de cette année : poème, déclaration d'amour, coup de gueule, etc. seront anonymes.

Pascal Guillaume a enregistré deux messages.  Le premier a été résumé ci-dessus, le second précise son matériel de captation, la longitude et la latitude du Chronodrome.  Il parie que ses messages seront lus et que les terriens de 52000 posséderont les moyens techniques de le joindre ainsi que la... volonté!

Il tient à préciser que le projet KEO est indépendant du sien et qu'il ne veut absolument pas contacter des extraterrestres!

Assurément, un noble projet concrétisé par un jeune homme de notre temps pour ceux de l'avenir.

Consultez les sites du Chronodrome et du satellite KEO.

 

 

LA MAQUETTE

 

André Douzet termina la journée de conférences par la présentation de la maquette!

S'il considère Gérard de Sède comme "détonateur" de l'énigme, il fait remonter l'affaire à Antoine Bigou, curé de Rennes-le-Château de 1776 à 1792.  Prêtre réfractaire, il fuit en Espagne et y mourut.  Il avait confessé Marie de Nègre d'Ables et rédigé son épitaphe énigmatique suite à son décès le 17 janvier 1781.  Celle-ci permit à Bérenger Saunière de trouver un trésor.  Parmi ses contemporains, d'autres prêtres des villages voisins eurent des comportements singuliers.  Henri Boudet rédigea "La Vraie Langue Celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains", ouvrage inénarrable sur l'origine des langues qu'il fait remonter à l'anglais... moderne à force de démonstrations étymologiques!  Dans la paroisse limitrophe de Coustaussa, Antoine Gélis connut un destin tragique puisque retrouvé assassiné dans son presbytère dans la nuit du 31 octobre au 1 novembre 1897.  Son meurtre est resté impuni... et on retrouva chez lui 10000 francs or dans 10 caches différentes...

L'orateur en déduit que ces prêtres étaient particulièrement bien informés et que leur secret était en rapport avec un "savoir religieux".

 

Copie de la maquette

Copie de la maquette

 

A la fin de sa vie, Bérenger Saunière, commanda une maquette.  André Douzet l'a retrouvée dans une vieille fonderie entre Aix-en-Provence et Marseille.  Il récupéra la matrice, le moule et des courriers échangés entre Saunière et la fonderie.

Laissons-le la présenter : "Il s’agit d’une représentation, en volume, d’une portion géographique bien définie… Une sorte de carte d’état-major.  L’ensemble en plâtre de modelage est teint de manière à simuler un bronze patiné. Le socle ceinturant le paysage est formé de quatre planchettes de bois peint en brun entourant parfaitement la réalisation. Le périmètre est celui d’un léger trapèze.  (Cotes en millimètres: L1 : 600, L2 : 607, L1 : 395, L2 : 424; étiquette cartouche : 132 X 94; hauteur du cadre en bois : 55 sur l’ensemble du périmètre; le point le plus élevé du relief : 140 environ).

Elle comporte des inscriptions (Golgotha Mont du Calvaire - Jardin de Gethsémani - Tombeau du Christ - Tombeau de Joseph d'Arimathie - citerne) et un cartouche (Le Calvaire et le Saint-Sépulcre - État primitif).  Aucune indication d'orientation n'est visible."

 

Ensuite, André Douzet s'interrogea sur son utilité.  Serait-ce un aide-mémoire religieux à but pédagogique?  Mais, alors, pourquoi deux tombeaux dont celui du Christ et une citerne? Cela lui paraît suspect!

 

Il nous résuma également les pérégrinations de la maquette.  Prêtée à Jean-Luc Robin, gérant du domaine de l'abbé, André Douzet en fit une copie pour la préserver.  A cette occasion, il assista au démoulage et fut intrigué par l'élastomère, sorte de négatif.  Un détail (la citerne inversée) attira son attention et lui rappela un rocher très caractéristique de la région de Durban - Périllos!

 

Elastomère

Elastomère

 

Mais quels seraient les liens entre Rennes-le-Château et Périllos?

Antoine Bigou y passa lors de sa fuite vers l'Espagne, Antoine Gélis et Henri Boudet furent vicaires à Durban, Bérenger Saunière venait y manger dans une riche famille.

 

Pourquoi peut-on localiser la maquette dans la région d'Opoul - Périllos?

Différents toponymes, comme le "Mont des Oliviers", s'y retrouvent.  Un rocher particulier, le Roudoune, ancienne citerne, est visible du plateau du château d'Opoul.  A partir de celui-ci, il resitue les 4 autres lieux de la maquette.

Le docteur Courrent, érudit et médecin aux thermes de Rennes-les-Bains, écrit que les seigneurs de Gléon-Durban, dès qu'ils prirent le titre de vicomtes de Périllos, demandèrent à être enterrés dans le caveau des Périllos... qu'ils ne trouveront pas.  Ce manuscrit s'intitule "Généalogie de la famille Treilles - Gléon - Durban".

 

Un exemplaire unique?

On trouve trace de la maquette dans un livre publié en italien, "Il vangelo di Gesù", et dans des traductions françaises de 1975 et 1979 notamment.  Mais elle est partiellement différente.  Le cartouche est orienté différemment, le tombeau de Joseph d'Arimathie est nommé "autres tombeaux juifs", certains détails du moulage sont différents, etc.  Une piste à investiguer manifestement...

 

L'Evangile de Jésus                    Plan de Jérusalem

                                         Couverture                              Maquette et plan de Jérusalem          

 

Et sur le terrain?

Aux alentours des 2 tombeaux, on trouve des pièces avec un écart de 1500 ans entre les plus anciennes et les plus récentes, et rassemblées sur une profondeur d'une demi-douzaine de centimètres, signe que le sol a été retourné, nous dit le découvreur.  Bérenger Saunière y serait venu il y a un siècle!

André Douzet a rédigé un dossier sur "L’énigme de la maquette dite de Bérenger Saunière". Vous pouvez le commander!

 

Questions-Réponses :

Un envoyé de Toulouse (bonjour à lui) demande à monsieur Douzet s'il est toujours le propriétaire de la maquette.  André Douzet confirme que la maquette a été achetée et qu'il possède encore la copie, l'élastomère et les courriers originaux.  Les circonstances de la transaction étonnent l'auditoire...

 

Un débat intéressant et courtois s'engage ensuite avec un spectateur prestigieux, Pierre Jarnac, auteur de livres de référence sur l'affaire de Rennes-le-Château qui s'interroge sur cette commande tardive en 1916.  André Douzet répond que Saunière l'envisageait comme un testament.  Il dévoile, à cette occasion, qu'il a retrouvé un cromleck dans la région de Périllos.  Pour les profanes, la rédaction rappelle qu'Henri Boudet évoque un cromleck dans son livre.

 

Pierre Jarnac et André Douzet

Pierre Jarnac et André Douzet

 

Pierre Jarnac précise qu'on ne trouve pas de trace de la maquette dans les carnets de correspondance de l'abbé Saunière et de paiements dans ses carnets de comptabilité.

André Douzet rétorque que toutes les factures et les lettres ne se retrouvent pas dans les livres publiés ou en cours de publication sur le Net par Octonovo.  Antoine Captier et lui-même possèdent des documents qui n'apparaissent pas dans les carnets!

 

André Douzet conclut en précisant que, selon lui, le tombeau du Christ renfermerait des documents et celui de Joseph d'Arimathie une dépouille!

 

La journée n'était pas encore terminée.  Un dîner fut servi à l'auberge du village et suivi de la projection du film "Révélation" qui fut tourné partiellement à Rennes-le-Château.

 

En conclusion, la centaine de participants se retira satisfaite et se promit de revenir le dimanche pour la visite des lieux!  Nous soulignerons également la qualité des présentations réalisées sur supports audiovisuels!

 

Pour des raisons personnelles, Thierry Garnier n'a pu présenter sa conférence sur les liens entre la Chartreuse de Gaillon et Rennes-le-Château.  Ce n'est que partie remise car, pour avoir vu le montage réalisé en séance privée, la rédaction peut attester de l'intérêt de ce sujet!  Son site est accessible.

 

Suite de l'article Le dimanche 21 :

  • visite du village et de l'église de Périllos
  • la grotte de la Caune
  • le Roudoune 

Vous pouvez vous abonner à la liste de diffusion pour être averti de la suite de l'article : s'abonner!

 

24-29 novembre 2004 Johan ©