L'actualité de Rennes-le-Château dévoilée

 

La Une

 

_________________

Portail de Rennes le Chateau

_________________

Interviews

_______________________

 

Reportages

 

_________________

 

 Petites annonces

 

_______________________

 

Courrier des lecteurs

 

_______________________

 

Services

 

_________________

 

Contacter la rédaction

 

_______________________

Newsletter 

  Inscription

 Désinscription

  

Positionnement et Statistiques Gratuites

La Gazette de Rennes-le-Château ©

 

 

Mise à jour du 9 aout 2011 : le point sur le trésor wisigoth (emplacement, articles de presse, reportage TV, photos, etc.) : Lire et voir !

 

La dernière version de l'étude de Jauclin au format .doc (15 mai 2004) et au format .zip téléchargeable (24 mars 2004).

 

La rédaction de la Gazette publie la dernière partie de l'étude de Jauclin!  L'auteur a déjà exposé partiellement ses recherches sur les sites de Jean-Claude Debrou et Jean-Patrick Pourtal.  Les informations y sont complémentaires!  Il y analyse la stèle de Marie de Nègre d'Ables, l'église de Rennes le Château et "Les Bergers d'Arcadie" de Nicolas Poussin.  Dans la présente étude, il précise et approfondit ses pistes d'investigation en y incluant la dalle de Coumesourde.  Il localise même un lieu où seraient enterrés avec leur trésor des Wisigoths!

Vu le lieu mentionné, la rédaction rappelle que les fouilles sauvages sont interdites.  Elle ne cautionnera pas de tels agissements!

 

Jauclin :

"Ce document est le fruit de mes recherches effectuées sur l’affaire B. Saunière de Rennes le château.  Les différentes sources citées indiquent, je pense, le lieu d’une nécropole d’origine mérovingienne dans laquelle des objets de valeur et riches en symboles ont été déposés.

Je considère que vous connaissez assez l’histoire et les documents qui s’y rapportent pour pouvoir identifier les lieux dont je vais vous parler!

 

1 -  LA TOMBE DE MARIE DE HAUTPOUL

 

 1 – 1 Ici est enterré T 

Je commence par la première phrase de l’inscription tombale : cT git  NOBLe   M… c'est-à-dire : ici git, … ici est enterré ce T qui remplace dans la phrase un i et désigne, en fait, le lieu du Trésor…T représente cette Tombe … ce Trésor …

Tout le monde a remarqué que la lettre M semble exclue du texte, elle est la seule à avoir été mise à l’écart…  En effet, elle n’en fait pas partie car elle appartient à l’autre pierre tombale… ou aux deux pierres… (voir 1–5)

J’ai reproduit ci-dessous les inscriptions de cette deuxième pierre :

 

 

 

E

 

T

 

I

N

A

*

R C

 

 

 

 

 

          ,

REDDIS

 

          ,

CELLIS

P – S

 

img3.jpg

 

PRAE - CUM

 

( représentation

d’une araignée )

 

 

 

 

           ,

REGIS

 

 

ARCIS

 

 

A

 

D  *   I

 

A

 

E

 

G

 

W

 

 1 – 2 PS, au Sud-Ouest de Rennes-les-Bains

 

D’abord la flèche double : elle semble indiquer que le prae–cum s’applique au P–S mais, aussi, que deux directions sont à prendre en compte.

En latin, prae signifie "qui précède", cum signifie "avec"... donc, avant P, il y a O; avec S, cela donne OS, c'est-à-dire la direction Sud-Ouest.  Sous prae-cum, l’image de l’araignée met en évidence la ville de Rennes-les-Bains (voir les différents livres se rapportant au sujet).  Le Trésor se trouve donc au Sud–Ouest de cette ville…

Cette direction Sud-Ouest indique le lieu où l’on positionnera bientôt un échiquier…

Quatre mots encadrent la double flèche REDDIS, REGIS, CELLIS et ARCIS.  Ils se réfèrent à une deuxième direction : la direction Nord-Sud.  Reddis pour redae le territoire de Rennes, Regis, le roi, représente un château (Blanchefort), cellis, la cave (voire la cellule), l’endroit où se trouve T et arcis, la forteresse (le château des templiers, au sud du Pech de la Roque, sur la Serre Calmette…).

 

 1 – 3 La vallée de la Valdieu

 

Au Sud-Ouest de Rennes-les-Bains, il existe une vallée où coule un petit ruisseau, le ruisseau de la Valdieu.  Il est encadré de deux pics, le pic de La Valdieu au Nord-Est et le pic de la Roque au Sud…

Il y a deux façons de lire La Valdieu, la première est celle qui correspond à son écriture actuelle, la deuxième est celle-ci : LavaL Dieu.

Laval est un palindrome (il se lit de gauche à droite comme de droite à gauche).

Regardez les lettres du texte en rouge (en haut à droite), vous retrouverez cette symétrie ainsi que les différentes lettres qui donneront phonétiquement le mot : les deux A en haut , le delta grec pour D, le I, le E...

N’oubliez pas que l’auteur du texte doit arranger et transformer le message de façon à indiquer le lieu de façon cachée, en respectant une certaine symétrie dans la présentation…et en ne laissant qu’un certain nombre de lettres, vous comprendrez ensuite pourquoi…

L’étoile située entre le delta et le I symbolise le pic de La Valdieu      

(Remarque : Inscription en bas à droite … : LIXLIXL

Les deux L de Laval

« mot » en forme de palindrome

XXII =  22 = V

Ou j de Mijane (XII = 12 = J) et V de laval (L=12 + X = 22 = V)

Maintenant, les lettres vertes en bas : ce sont des lettres grecques : le P est en grec notre R, oméga est la lettre O, X est la lettre K, ce qui donne phonétiquement ROC ou Roque : cette étoile symbolise le pech de la Roque...

Maintenant, les lettres bleues.  Regardez sur une carte à l’ouest du pech de la Roque, vous trouverez la serre Mijane. Vous avez bien le E, le I, le N du mot (en haut à gauche dumessage) … mais il manque le J … la lettre située entre E et oméga est le G grec que l’on prononce J entre deux voyelles, dans notre langue...  C’était le seul choix possible pour l’auteur du texte, car le J n’a pas sa correspondance en grec…  De plus, ce G grec est en fait un J renversé…. J’oubliais le M de Mijane…  Rappelez vous… ce M qui n’est pas à sa place dans l’autre pierre tombale ….

Je me trouve désormais avec un T de trop qui n’appartient à aucun mot…  Je pense que vous comprenez ce que ce T représente...

 

Réflexion...

Quand la décision fut prise d’indiquer ce lieu, et ceci à l’aide d’un message codé, il fallut choisir  une méthode cohérente pour le faire.  Le choix le plus logique et judicieux est de localiser cet endroit par rapport à des lieux géographiques évidents qui subsisteront dans le temps, c'est-à-dire des montagnes, des sommets, des vallées et des cours d’eau.

Dans le cas présent, le lieu appartient à une vallée où coule un ruisseau, le ruisseau de la Valdieu.  Seuls deux sommets facilement repérables « encadrent » cette vallée : le pech de la Roch et le pic de la Valdieu.  Voici donc choisis les mots qui permettront de construire le message.  Pech, pic et serre sont des termes très employés dans cette région... donc seuls les mots caractéristiques sont retenus…

MIJANE, ROCH et LA VALDIEU.  La personne qui inventa le message ET IN ARCADIA EGO a donc utilisé certaines des lettres afin de construire une phrase cohérente et faisant une référence claire vis-à-vis du lieu, c'est-à-dire la vallée de(s) Dieu : l’arcadie .

Quatorze lettres composent ce message : il indique trois lieux dont deux pics.  Trois supports seront choisis pour représenter ce message : une pierre gravée (qui fut ou deviendra tombale car elle indique un lieu où se trouve un ensemble de tombes), une stèle (pierre verticale) et, enfin, un support graphique sous la forme de deux tableaux réalisés à des époques différentes par Nicolas POUSSIN.

L’utilisation d’un échiquier permettra de repérer les deux pics qui délimitent cette vallée : seize cases opposées les une aux autres dans lesquelles les sommets seront représentés par des croix.

L’utilisation de lettres grecques permettra de mettre en évidence certains points :

les croix sont des sommets...; ainsi, le D se transforme en delta, lettre symbolisant au mieux le sommet, le R se transforme en P, lettre grecque qui donne cette même notion : P pour Pech... P pour Pic…, puis le son K de roque en X afin de mettre le signe d’une croix en relation avec ces sommets…  L’oméga symbolisera la montagne.  Enfin, le J qui devient le G grec, c'est-à-dire un J inversé...

 

 1 – 4 L’échiquier

 

Si l’on compte les lettres et symboles situés de part et d’autre de la double flèche, on obtient 8 de chaque côté...  Un échiquier est composé de 8 X 8 cases.  Prenons un échiquier et plaçons logiquement toutes ces lettres (voir document).  Il y a deux façons de placer cet échiquier en plaçant correctement les deux cases concernant les pics (Valdieu, roque).

La première à l’endroit.  Dans ce cas, l’échiquier possède un de ces côtés parallèle à la serre Mijane.  J’ai d’abord cru que c’était de cette façon qu’il fallait le positionner…  J’ai donc longtemps pensé que le T (représentant le lieu recherché) se trouvait sur la serre Mijane.  En fait, il faut retourner l’échiquier (tout semble inversé dans cette histoire ….la croix du pilier wisigoth retourné, ainsi que le chemin de croix orienté dans le sens contraire, etc.) et, dans ce cas, l’échiquier prend la même position que celui trouvé sur le sol de l’église.  Chaque coin représente les points cardinaux.  La lettre T se retrouve à droite du bourg de la Valdieu … au « pied » de l’ermitage... (document suivant).

De plus, nous observons que la case du trésor occupe la case du cheval dans un échiquier normal.

Remarque :

  Plusieurs auteurs expliquent que la traduction du premier parchemin (méthode Vigenère doublé par le saut du cavalier, à ce qu’il parait), serait  la suivante :

« Bergère, pas de tentation que Poussin, Teniers garde la clé; pax DCLXXXI par la croix et le cheval de dieu j’achève ce daemon de gardien à midi.   Pommes bleues ».

Mon interprétation donnerait donc  la signification du dieu, de la croix et du cheval dont parle ce texte... Si cette traduction est bonne. 

 

                                                                 Château de Blanchefort (REGIS)

                              Forteresse des templiers (ARCIS)

 

 1 – 5 Les trois accents

 

Si les quatre mots inscrits ont pour but de nous inciter à utiliser un échiquier, les accents rajoutés sur ces mots vont préciser l’endroit le plus important : la serre Mijane. Etant donné que chaque symbole représentant une étoile a pour signification pic (ou pech), nous avons donc inscrit sur cette dalle les lieux « pech de la Roque », « pic de la Valdieu » et, pour l’instant, Mijane…

Les quatre mots se terminent par IS, c'est-à-dire une terminaison « assez courante » en latin et je pense donc qu’elle n’apporte rien à l’indication que l’on souhaite nous donner… Je les enlève donc et il me reste REDD, REG, CELL et ARC.  Sur trois des mots figure un accent (grave ou aigu) qui ne devrait pas apparaître en latin.  J’en conclus que l’auteur du texte souhaite particulièrement les mettre en évidence.  J’élimine donc le mot ARC, car rien n’empêche l’auteur d’en faire autant pour celui-ci  (par un accent ou autre chose) dès l’instant où il le fait pour d’autres mots…

Nous remarquons la présence de deux accents graves qui indiquent la même syllabe : RE… Je suppose donc qu’il nous faut nous intéresser aux syllabes, soit CE et RE, ce qui nous donne phonétiquement le mot serre.  Je pense que là aussi, il est difficile de faire mieux avec quatre mots c’est-à-dire nous inciter à utiliser l’échiquier et indiquer le mot serre.  Maintenant le message est clair :

le pech de la Roque

le pic de la Valdieu

la serre  Mijane.

Une deuxième interprétation est possible : les accents ont été rajoutés après (peut-être par l’abbé Bigou) afin d’apporter une précision sur ces mots qui représentent des lieux. La stèle (dalle verticale) reprend à sa façon ces « e » en les mettant en majuscule et en minuscule, c’est ce que je vais maintenant expliquer!

 

 1 –6 La dalle verticale ou stèle

 

Voici ce que je pense être le reste de l’interprétation des inscriptions portées sur la dalle verticale de la tombe de Marie de Hautpoul.

Quelques remarques d’abord.  Le texte est assez classique pour une tombe; il y a peu de changements.

 

D’abord trois nouvelles lettres…

1 - Le CI de CI GIT est remplacé par CT… donc un T

2 - NEGRE pour NEGRI… donc un E

3 - D'ARLES pour D’ABLES… donc un R

 

Une disparition de lettre…

4 - DHAUPOUL pour DHAUTPOUL

 

Enfin des lettres ont des positions relatives différentes…

5 - Le P de SEPT mis entre deux lignes

6 - Les deux E de NOBLe et DE

et, pour rappel, le E de NEGRE (une particularité intéressante…, j’en reparlerai).

 

La présence d’un mot qui ne semble pas être à sa place…

7 - le mot CATIN

 

On remarque qu’une diagonale descendante relie certaines anomalies : les 1, 3, 5 et 7.

Cette diagonale commence par T (1) et finit par T (7), elle passe par un mot qui a perdu le sien (4).  Elle indique en fait que ce T (le Trésor ou la Tombe que l’on trouve enterré(e) dans l’inscription 1 (CT GIT) est situé dans l’inscription 7 (CATIN).  Cette diagonale situe en fait (par rapport au cimetière de Rennes le château, le lieu où se trouve cette stèle) la première ligne d’inscription que l’on trouve sur la deuxième dalle :  ETINAPX, c'est-à-dire au Sud-Ouest de RLC.  Cette direction passe légèrement à droite du P décalé de SEPT qui représente la Pique de lavaldieu.

Elle symbolise d’une part la chaîne de « montagnes » formée de la serre Mijane et du pech de la Roque.  On retrouve bien CATIN (ETINAPX) avec le C (K en version française), le R vient de mot 3 (D’ARLES) en version française également (le P en grec). Le E de la 2eme inscription (NEGRE) : en fait,  les trois nouvelles lettres apparues auxquelles on a ajouté celles du mot CATIN … ETINA PX

Remarque :

Certaines personnes mettent en doute l’origine de la deuxième dalle (horizontale).  Mon interprétation met en évidence le lien entre ces deux pierres tombales et celle de Coumesourde. Soit elles ont été réalisées en même temps, soit la deuxième dalle a été réalisée par une autre personne plus tard ou plus tôt (cette dernière version a ma préférence).

Mais le mot CATIN symbolise d’autre part le lieu caché (étymologiquement), c'est-à-dire l’endroit recherché.

Je me suis posée la question : Pourquoi avoir donné cette double particularité au mot NEGRE? N’était-il pas plus simple de remplacer une lettre d’un mot quelconque par E?

Cela répondait aussi à  la logique du codage.  Cela n’a pas été le cas car il fallait qu’un E se trouve à cette place, c'est-à-dire dans l’alignement vertical de ces E  (e ,E  ,E  ,E).  Si l’on trace une droite par cet alignement, elle passe par le mot CATIN.  Comme je l’ai précédemment indiqué, je pense que cette direction Nord-Sud représente l’alignement du château de Blanchefort, du lieu recherché et de la forteresse des templiers située au sud du pech de la Roque.  La case T de l’échiquier inversé se trouve bien sur cette direction...

 

 

2 - LES TABLEAUX DE Nicolas POUSSIN

 

Je ne revient pas sur la correspondance qu’a eu FOUCQUET (surintendant de Louis XIV) avec son frère à propos du tableau que POUSSIN devait réaliser pour..., en fait, indiquer ce lieu. Ce tableau se nomme bien sûr « les bergers d’Arcadie ».

 

 2 – 1 L’Arcadie est la Valdieu

 

Je commence par le thème du tableau : l’Arcadie.  L’Arcadie est, dans la mythologie grecque, une région idyllique où les dieux et les hommes vivent dans la paix et l’harmonie.  L’Arcadie est la vallée des Dieux et des hommes, c’est la vallée de la Valdieu... (contraction de la vallée de(s) dieu(x)).

 

 2 – 2 Le tableau, la dalle et le M manquant

 

L’inscription sur le tombeau « Et in Arcadia ego » signifie je suis moi-même (en) Arcadie. C’est, bien sûr, l’inscription que l’on retrouve sur la dalle horizontale..., avec la même absence de la lettre M

 

 2 – 3 Un personnage représente la vallée, les autres les pics et la montagne..

 

Dans le premier tableau, un personnage allongé ne semble pas appartenir au groupe de bergers.  Il est allongé et tient une cruche, de l’eau s’écoule de celle-ci.  Elle provient de la droite et s’écoule vers le bas.  Ce personnage est un Dieu de l’Arcadie, il représente la vallée et sa source…

Dans le deuxième tableau, un seul des quatre personnages semble nous regarder.  Il prononce en fait ces paroles.  Il est l’Arcadie, c'est-à-dire la vallée où coule la Valdieu.

 

    img7.gif          img8.gif

 

Son pied repose étrangement sur un roc.  Poussin indique de cette façon le Pas de la Roque.

Regardez maintenant son bras, puis sa jambe.  Sa position est très particulière et n’a rien de « conventionnelle ».  J’ai pensé, dans une première interprétation, que son bras reproduisait exactement l’écoulement dans la vallée, du ruisseau des Bourdous, et que sa jambe reproduisait exactement l’écoulement du ruisseau de la Valdieu.

Cependant, dans cette histoire, tout le monde a pu constater que beaucoup de choses étaient inversées (pilier, le symbole situé au-dessus des lettres P S montre cette idée de retourner).  J’ai donc eu l’idée de regarder le tableau par derrière.  Prenez un calque et reproduisez grossièrement le tableau, puis regardez à l’envers en positionnant le pied sur le rocher au Sud (en bas).  Alors la jambe devient le ruisseau des Bourdous, le bras la Valdieu, la dame qui pose la main sur l’épaule est le fond de la vallée :  pied et jambes sont la serre Mijane (Marie Jeanne), buste et tête « représentent » la crête qui longe le bois du Lauzet et se termine par la pique de la Valdieu (représentée par le bâton du personnage central). L’homme barbu et son bâton représentent St Roch (pech de la Roque), le dernier personnage et son bâton représente le sommet à l’Est de la pique de la Valdieu.  L’homme barbu montre la main du personnage central; le lieu correspondant se trouve à l’est du petit mont sur lequel se situe le bourg de la Valdieu : c’est, pour moi, le lieu recherché...

 

Le personnage central

On remarque que, dans chaque tableau , ce personnage a la même fonction : la vallée, le(s) ruisseaux...  Il en est de même pour les autres.  Les deux hommes représentent les pics de la Valdieu et de la Roque, le bâton (la crosse symbole de l’autorité religieuse dans le premier tableau) représente cette notion de pic ou pech.  La femme qui n’a pas, pour moi, sa place dans un tableau sensé représenter des bergers, représente la serre Mijane (contraction de Marie-Jeanne).

Si l’on compare le lieu indiqué par la case contenant la lettre T de l’échiquier (carte 1-4) et le lieu qu’indique ce tableau, on remarque qu’il correspond à la main du personnage central dans la direction indiquée par son pouce (au fait, quand vous indiquez un lieu à l’aide de votre doigt, levez-vous le pouce?, je pense que non!).

Il n’y avait pas, pour moi,  de meilleure façon d’indiquer un lieu; deux personnages le montrent…

 

3 – LA DALLE DE COUMESOURDE

 

Cette dalle reprend les informations indiquées sur les pierres tombales de Marie de Hautpoul.

On retrouve :

-          deux ensembles de lettres (S.A.E et S.I.S)

-          un texte (IN MEDIO LINEA M SECAT LINEA PARVA, puis PS PRAECUM)

-          deux étoiles (et quelques lignes...)

Les lettres SAE et SIS représentent respectivement Rennes le Château et Rennes les Bains. En voici « la logique » : ces lieux se composent de trois mots, on prend la dernière lettre des deux premiers mots, la troisième lettre du troisième mot que l’on intercale entre les deux premières :

 

r e n n e S       l E       c h A t e a u      soit       S . A . E

r e n n e S        l e S     b a I n s            soit      S . I . S  

La traduction du texte donne les mots suivants :

 dans    milieu     ligne      lieu     M    coupe    ligne     « près »   *   *

Ce que j’interprète comme :

Je pense que son rôle est de préciser ou de placer le damier par rapport aux indications REDDIS, REGIS, etc.  Voici comment il faut lire le message.  Par symétrie, l’étoile du centre va se copier au-dessus de la ligne SAE, SIS.  L’étoile du haut représente alors le château de Blanchefort, l’étoile du bas représente la forteresse de la serre Calmette et, donc, le milieu du segment délimité par ces deux étoiles coupe la ligne Prae-cum (sud-ouest par rapport à Rennes-les-Bains) qui indique où positionner l’échiquier.

 

 

Le M du texte indique la serre Mijane située dans cette direction S-O.

 

4 - LA NATURE PROBABLE DE  T

 

Etant donné que plusieurs sources utilisent la tombe comme support ou sujet (tombe de Marie Hautpoul, tombe des deux représentations des « bergers d’Arcadie » de POUSSIN), je pense qu’il s’agit d’un ensemble de tombes.  Le déchiffrage du 2ème parchemin (Dagobert  etc.), les crânes percés de la première représentation de POUSSIN, les événements historiques de cette région et la présence de trésor dans la tombe me conduisent à penser que les gens enterrés étaient des Wisigoths. 

 

5 – EN CONCLUSION

 

Même s'il existe une part d’interprétations suggestives (mais souvent objectives) dans mon travail, l’ensemble des conclusions tirées sur des sources d’informations très différentes (voir version complète), permettent d’envisager qu’il serait  intéressant d’examiner ce lieu de plus près.

Habitant dans la région dunkerquoise, je ne peux me rendre facilement sur ces lieux afin de vérifier mes hypothèses.  De plus, le temps me manquerait pour réaliser correctement cette recherche.  J’ai donc décidé de contacter des organismes dont la fonction est de réaliser ces recherches (DRAC , INRAP , ADAL).

Afin de localiser précisément ce lieu, voici comment le repérer sur la carte IGN suivante :

Carte IGN Quillan Alet-les-Bains

Référence : 2347 OI

1 :25 000

longitude :

2°18’32’’              graduations noires : 443,7                              graduations bleues : 597,7

latitude :

42°54’18’’            graduations noires : 4750,5                            graduations bleues : 1766,8

 

Le lieu recherché se trouve dans un rayon approximativement égal à 150 m."

 

Adresse de contact : jauclin@voila.fr

 

  Vos commentaires (8)                    Suite de l'étude

Johan©, 2 mars 2004